ENTRE GRIS CLAIR ET GRIS FONCE

 

Décolorés, les messages du ciel,

Les évidences, déteintes au soleil,

Fané le rouge sang des enfers,

L'Eden un peu moins pur, un peu moins clair,

Souillé, tâché, le blanc des étendards,

Brûlé, le vert entêtant de l'espoir,

La sérénité des gens qui croient,

Ce repos d'âme que donnait la foi.

 

Organisés, les chemins bien fléchés,

Largués, les idoles et grands timoniers,

Les slogans qu'on hurle à plein poumon,

Sans l'ombre, l'ombre, d'une hésitation,

Télévisées, les plus belles histoires,

Ternis, les gentils, troublants, les méchants,

Les diables ne sont plus vraiment noirs,

Ni les blancs absolument innocents.

 

Oubliées, oubliées,

Délavées, nos sages années, programmées

Entre gris clair et gris foncé.

 

Scénarisées, les histoires d'amour,

Tous les "jamais", les "juré", les "toujours",

Longue et semée d'embûches est la route,

Du sacré sondage et du taux d'écoute,

Psychiatrisée, l'amitié des romans,

Celle des serments, des frères de sang,

Les belles haines qui brûlaient le cur,

Contrôlées à travers un pacemaker.

 

Oubliées, oubliées,

Délavées, nos sages années, programmées

Entre gris clair et gris foncé.

 

Oubliées, oubliées,

Délavées, nos sages années, programmées

Entre gris clair et gris foncé.

 

 Retour